Category: . Website: . P No: . P No: . P No: . Location: Ouest , Port-au-Prince , Aeroport View: 76

Les secteurs textiles, vestimentaires et des zones franches réagissent à la décision du Conseil Supérieur des Salaires (CSS)

&Publié le 2017-07-21 | Le Nouvelliste

Economie - Nous, les sociétés haïtiennes et étrangères de production de vêtements en textile ainsi que les sociétés de zones franches, soussignées, estimons important de porter les clarifications suivantes pour l’édification du grand public ainsi que des dirigeants du pays : 1) Nous avons une position commune sur le fait qu’une fois publiée la décision du CSS (Conseil supérieur des salaires) et de l’exécutif, nous respecterons cette décision, comme nous l'avons toujours fait 2) Nous souhaitons que le gouvernement, le Parlement ainsi que tous les élus comprennent la nature de notre industrie et s’évertuent à mettre le salaire à un niveau qui nous permette, comme nous l’avons dit à la conférence de presse du 21 avril 2017, de poursuivre nos plans d’investissement pour contribuer à créer, avec d’autres, des centaines de milliers d’emplois. De plus, la moyenne réelle des salaires de cette industrie est en fait bien au-dessus du salaire minimum à cause des « incentive » ou des grilles de salaire. En conséquence, toute décision d’augmentation doit être raisonnable et doit tenir compte des conséquences positives ou négatives qu’elle aura sur la création d’emplois. En d’autres mots, si elles ne sont pas raisonnables, nous nous retrouverons contraints de reviser nos plans d’expansion et dans certains cas, malheureusement de réduire les emplois. 3) Nous avons aussi une position commune de respecter le droit des travailleurs de se réunir, de manifester ou d'observer des grèves légales. Cependant, la technique utilisée par certains syndicats consistant à entrer dans les usines et à arrêter le travail de manière illégale et parfois violente pour provoquer des manifestations spontanées à l’intérieur des usines et des parcs aura des conséquences graves sur notre capacité de croître ou de conserver des emplois en Haïti, sans compter l’effet qu’elle a sur l’image du pays. Sur ce point, le ministère des Affaires sociales est invité à être clair sur l’illégalité de ces comportements et sur la nécessité d’amener certains dirigeants syndicaux à changer de comportement. 4) Nous souhaitons que le gouvernement et les institutions étatiques entament au plus vite un dialogue pour arriver à un pacte entre les syndicats, les patrons et l’Etat pour aboutir à une entente qui projette une prévisibilité et une stabilité dans les augmentations tout en tenant compte de la position de nos compétiteurs. Aujourd’hui, des pays de la zone qui n’ont pas l’avantage de la loi HOPE, ont déjà atteint dans ce secteur plus de 130,000 emplois avec une population de la moitié de celle d’Haïti. Ces pays sont parvenus, avec tous les secteurs, à un pacte d’augmentation de 8.25% par an sur 5 ans. D’un autre côté, des pays comme l’Ethiopie qui ont à peine 20,000 emplois, sont en expansion agressive avec un plan pour créer 500,000 emplois dans le secteur textile pour tirer rapidement avantage de leur loi AGOA (qui est l’équivalent de notre loi HOPE). Ce pays, l’Ethiopie a un salaire de $64.00 PAR MOIS ou la moitié du salaire minimum d’Haïti. Nous ne prônons pas une réduction car Haïti a d’autres avantages, mais nous recommandons de la sagesse et la prudence dans le processus d’augmentation de salaire de ce secteur qui a des caractéristiques particulières. 5) Dans beaucoup de pays qui ont utilisé ce secteur pour lancer et ouvrir leur économie, les gouvernants se sont évertués, pendant un temps, à garder les salaires en dessous des salaires minima des autres secteurs pour qu’une migration se fasse au fur et à mesure que se développent les autres secteurs mieux payants. Dans le cas d’Haïti, la politique salariale a tendance à placer ce secteur comme un des plus élevés. Ceci peut avoir tendance à faire de cette industrie une finalité alors qu’elle n’est qu’un passage pour aboutir à une économie plus diversifiée, reposant davantage sur la production nationale et sur la fourniture de biens et services liés à de nouveau secteurs de développement tels le tourisme et l'agriculture. Une raison de plus pour que l’on approche les changements de ce secteur avec prudence. La volonté politique du gouvernement haïtien s’est maintes fois confirmée pour l’utilisation proactive de ce secteur comme une des locomotives, comme un outil temporaire pour stimuler les emplois directs et indirects et aider à créer une croissance économique importante. Nous, investisseurs haïtiens et étrangers soussignés, sommes désolés de constater que l’utilité de ce secteur est très mal comprise par beaucoup d’acteurs nationaux. Nous nous engageons donc à redoubler d’efforts pour faciliter une meilleure compréhension de notre industrie, de son respect scrupuleux des lois, du code du travail et des normes internationals en matière de traitement du personnel, de l’amélioration continue des conditions de travail du personnel. Nous invitons donc tous les acteurs nationaux à faire un effort de compréhension de l’utilité que cette industrie peut avoir pour le bien-être d’Haïti ,du peuple haïtien et des ouvriers eux-mêmes, comme cela s’est fait dans tant de pays qui ont émergé en utilisant cette industrie comme une étape. Cette industrie représente aujourd’hui plus de 40,000 emplois et plus d’un milliard de dollars d’exportations l’an ou 90% des exportations haïtiennes. Il a le potentiel d’amener Haïti sur 8 à 10 ans à plus de 6 milliards de dollars d’exportations par an. Respectueusement, Pour le Groupe : Jean Robert Godefroy (509) 3177-8468 Liste des signataires Cleveland Manufacturing S.A., M. Gilles Antoine CODEVI Industrial Park, M. Fernando Capellan Fairway Apparel S.A., M. Danny Liu H&H Textiles S.A., M. Ji Hoon (Jay) Kim H4H M., Jason Lee Haiti Premier Apparel S.A., M. Charles Henri Baker Hansae Haiti S.A., M. Yoonkyo Jung Horizon Manufacturing, M. Juan Familia Interamerican Wovens S.A., Mme. Dayana Villedrouin Island Apparel, Mme. Julia Arick MGA / MBI – Modas Gloria Apparel S.A., M. Michael Kim Pacific Sports Haiti S.A., Mme. Rosa Lee Palm Apparel S.A. / SISA, M. Alain Villard Premium Apparel S.A., Jean Robert Godefroy Quality Sewing S.A., M. Abraham Felix Sae-A – S&H Global S.A., M. Glen Cho The Willbes Haitian S.A., M. Hui Chol (Antonio) Yang Vald’or Apparel Mfg Haiti S.A., M. Kumar Suresh Zone Franche de Digneron, M. Roger Carrie Zone Franche de SIDSA, M. Patrice Turnier Zone Franche GMC - Eclipse, M. Clifford Apaid Zone Franche HINSA, M. Wilhelme Lemke Zone Franche Lafito, Mme. Andres Appolon Zone Franche Santo Dujour, M. Michel Apaid

Reference: http://lenouvelliste.com/article/173676/les-secteurs-textiles-vestimentaires-et-des-zones-franches-reagissent-a-la-decision-du-conseil-superieur-des-salaires-css

Email clifford@agacorp.com
Address 26, Angle Rue Jean-Gilles et Blvd. Toussaint Louverture, Port-au-Prince, Haiti
Phone 509 3868-5930 ,509 2811-4101,
Fax