Category: . Website: . P No: . P No: . P No: . Location: Ouest , Port-au-Prince , Champ de Mars View: 51

Irma mostly spared Haiti. But for struggling farmers, the damages are devastating

BY JACQUELINE CHARLES

jcharles@miamiherald.com

LINKEDIN
GOOGLE+
PINTEREST
REDDIT
PRINT
ORDER REPRINT OF THIS STORY
September 09, 2017 01:58 PM

Updated September 09, 2017 09:51 PM

SAINT-LOUIS-DU-NORD, HAITI
The morning after Hurricane Irma skirted Haiti’s northern coast, Artis Esperance walked his farm land and tried to salvage what the menacing Category 5 storm — and thieves — hadn’t already claimed.

For the second time in 11 months, Mother Nature had dealt a crippling blow to Haiti. Last year, it was the slow-moving and powerful Hurricane Matthew, which made landfall on Haiti’s southern tip. It wiped out farms and livestock in the southwest and Grand’Anse and here in the northwest with its 145-mph winds and heavy rains.

Now, a record-breaking Irma, en route to the Turks and Caicos and Bahamas before turning toward Florida, had blown away what little produce he and other farmers in the region had managed to grow.

“This storm didn’t even leave one tree with food on it for us to eat,” said an exasperated Esperance, 41, holding a rusty machete in one hand and an overripe breadfruit in the other, not far from one of his farms. “This has taken food out of the mouths of my children.”?

Though Haiti was spared a direct hit from Irma and the fallout is nowhere near the magnitude of Matthew’s 546 dead and $2.8 billion in washed-out roads, collapsed bridges and destroyed crops, the frustration and fears for some in its path are no less.

“We didn’t have people who died, but homes and farms were destroyed,” Esperance said. “Just because you don’t see a lot of damages, it doesn’t mean that we haven’t been left deeper in misery.”

The northwest, which was already one of the poorest regions of the poverty-stricken country along with the northeast, was overlooked after Matthew, with attention focused more on the harder-hit Grand’Anse and southwest regions. Northwest farmers, left to fend for themselves, struggled to rebuild, replanting banana, avocado and yam crops to make ends meet.

Then came the worst storm ever recorded in the Atlantic. Irma flooded northern villages from as far west as Môle-Saint-Nicolas to as far east as Ounaminthe on the Haiti-Dominican Republic border. In between, it ripped off roofs, damaged roads and cut off connections between major cities and farming communities.

“If this hurricane had come with a lot of rain, a good amount of people here would be dead,” said Neckson Joseph, 21, a motorcycle taxi driver. “There wasn’t a lot of rain, but there was this strong wind. We had this kitchen outside, covered with aluminum. It didn’t even leave a beam standing.”

Joseph was among scores of storm survivors standing near the banks of a swollen Rivière des Barres in Saint-Louis-du-Nord, a coastal village east of Port-de-Paix, the capital of the northwest. The rising river connects the northwest to the north. Seven communities in the northeast still remained flooded days after Irma’s passage.

Joseph said Irma had felled banana trees, thrown breadfruit and avocados to the ground and swallowed homes along the coast. It also left the coastal villages of Anse-à-Foleur and Côte-de-Fer, and Borgne in the mountains, inundated and cut off from Saint-Louis-du-Nord and Port-de-Paix. The storm also washed out the parts of the road that leads to Jean-Rabel and Môle-Saint-Nicolas in the far west.

“If you really want to see what this storm did, just go walk through the rural outskirts,” Joseph said pointing to the rural inlands on the other side of the Rivière des Barres.

But much closer than that, just west of the Riviere des Barres in Trois Rivières at the entrance of Port-de-Paix, entire banana fields lay in ruin, barely matured plantains strewn on the ground.

“We don’t have any farm,” Camelia Ambroz, 70, said as she and her husband, Charite Almeus, 78, tried to salvage what they could as they walked through soggy, fallen banana branches. “It took everything.”

The couple, who work the land for someone else, said the crops were new, planted shortly after Matthew destroyed the last crop, and had only needed two more months to mature.

“When you’re poor and you don’t have anything,” Almeus said, “this is what allows you to live. But what can you do? It’s God’s work and you have to accept it.”

Fritz Jean, an economist who was appointed as prime minister last year but forced to step down after parliament refused to ratify his governance plan for the country, said the vicious cycle of disaster upon disaster in Haiti is making Haitians poorer — and not just farmers.

In the case of farmers, it is leading to “uncertainty in regard to the agricultural production cycle,” he said. “The peasant knows less and less when to sow [and] less and less land becomes available.”

On Friday, when Irma’s red alert — Haiti’s highest level of threat — was finally lifted and a contingent of U.N. Brazilian peacekeepers, making the 200-mile trek from Port-au-Prince, rolled into the northwest, the non-profit group Action Against Hunger warned that a fair amount of the population living in the five regions affected by Irma will feel the impact.?

The damages will be extremely difficult for vulnerable, small-scaled farmers in the northwest, the group said.

“These small-scale farmers have no other source of income. If they lose their primary and only source of income, they are left with nothing,” said Mathieu Nabot, Action Against Hunger’s country director. “They have no backup. That is the reason why the impact is strong in the northwest.”

Nabot said that although Irma’s effects are “less dramatic and less visual” than Matthew — which left entire farms under water and coconut trees bent over in the southwest and Grand’Anse — the storm will make life even more difficult. People in the northwest, whether they’re farmers or urban dwellers, are extra vulnerable because of a lack of infrastructure, basic services and economic opportunities in the area.

“Irma is coming after Matthew and Matthew has had a real impact on the ability of people to meet their basic needs in its immediate aftermath,” Nabot said. “They are not yet out of this crisis phase.”

Earlier this week, Haitian Prime Minister Jack Guy Lafontant announced that he had formed a commission to assess Irma’s full impact. The assessment is scheduled to roll out Saturday. The government also tapped Action Against Hunger to coordinate the humanitarian response in collaboration with it and other partners.

Charite Louis, an agronomist who works for Haiti’s food security unit, said he suspects at least 30,000 people will be in need of rapid assistance.

“While it didn’t have the intensity they anticipated, the agriculture sector was hit and the people in that sector are most impacted,” he said. “Some are looking at a total loss... People’s economic means, already fragile, will take a huge hit.”

Long before Matthew left more than 800,000 Haitians in need of emergency food assistance and the El Niño drought phenomenon plunged Haiti into its worst food insecurity crisis in 15 years, the northwest suffered from long dry spells that led to growing food insecurity and deeper poverty despite its potential for fishing and agriculture.

As recently as February, the food insecurity unit classified the northwest as being in an economic and food security crisis. As a result, Nabot said, the focus has to be not just on the emergency response but on supporting farmers over the long term, to help strengthen their economic security and ability to cope with shocks.

“Whatever the crisis, whatever the shock, whatever the [strength] of the hurricane, it will have an impact,” Nabot said. “If not a major or visual one like St. Maarten, it will have an impact on their economic security, that’s for sure.”

Reference: http://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article172268857.html

Irma épargne Haïti : zéro mort, des inondations, 10 000 personnes dans des abris provisoires…


Publié le 2017-09-08 | Le Nouvelliste

Le pire a été évité. Le puissant ouragan Irma de catégorie 5 n’a fait que provoquer des inondations dans certaines zones du pays. Haïti l’a donc échappé bel, contrairement à d'autres pays de la région dévastés par ces forts vents. Le gouvernement se félicite et souligne que son objectif zéro mort a été atteint. Les quelque 10 000 sinistrés logés dans 59 abris provisoires sont bien traités et l’aide est en train d’être acheminée vers les communes touchées par l’ouragan, a fait savoir, vendredi, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales.

Haïti reprend son souffle en attendant le passage de l’ouragan Jose. Avec Irma, la nature a été plutôt clémente envers le pays déjà en proie à d’énormes difficultés de toutes sortes. Un disparu, des inondations dans certaines zones du pays, quelques tronçons de route endommagée, quelques maisons inondées ou endommagés, environ 10 000 personnes placées dans des abris provisoires… tel est le bilan partiel du gouvernement en conférence de presse vendredi. Pour le pouvoir, l’objectif « zéro mort » a été atteint.

Le disparu, un motard qui a voulu traverser, jeudi, la rivière de Cerca-la-Source en crue. Il a été emporté par les eaux. Son corps n’a pas encore été retrouvé. De ce fait, les autorités ne peuvent ni confirmer ni infirmer sa mort pour le moment. C’est pourquoi le gouvernement parle de zéro mort.

Le département du Nord-Est a été le plus touché par Irma où plus de 1 258 familles, soit environ 6 200 personnes, sont hébergées dans 14 abris provisoires, a fait savoir Max Rudolph Saint-Albin, ministre de l’Intérieur. Comme prévu, a-t-il ajouté, seulement les cinq départements du grand Nord ont été touchés par le mauvais temps.

Parce que les cinq départements du grand Nord sont toujours sous l’influence de l’ouragan, le gouvernement a décidé de maintenir le niveau d’alerte rouge. Le ministre de l’Intérieur a appelé les autorités locales à maintenir, elles aussi, le même niveau de vigilance.

À travers tout le pays, plus de 10 000 personnes sont actuellement dans des abris provisoires après le passage de Irma, selon Max Rudolph Saint-Albin, soulignant qu’elles sont sous le contrôle des autorités locales et bien traitées dans 59 abris provisoires au total.

Dans le département du Nord-Ouest, plus de 1 553 personnes déplacées sont logées dans 11 abris provisoires. Dans l’Artibonite, 169 déplacées sont pris en charge par les autorités locales dans 4 abris provisoires et le Plateau central compte 550 personnes déplacées. Dans cette partie du pays, les tronçons Hinche Thomasique et Hinche Cap-Haïtien sont coupés. Dans le Nord, 994 personnes déplacées sont accueillies dans des abris provisoires. Dans ce département, même si la majorité des rivières sont entrées en crue, « on n’a pas enregistré, au moment où je vous parle, de gros dégâts matériels », a précisé le ministre de l’Intérieur.

Outre les cinq départements du grand Nord, d’autres régions du pays ont subi le passage de l’ouragan avec des rivières en crue, le cas du département de la Grand’Anse, de Cabaret, de l'Arcahaie, entre autres.

Enfin, selon le bilan partiel du gouvernement, 529 personnes ont été déplacées dans le département de la Grande’Anse et logées dans des abris provisoires. Il faut souligner que ce département, dans le grand Sud, n’a pas été réellement touché par l’ouragan Irma.

Le gouvernement s’est félicité du fait que des prépositionnements d’équipements et de nourriture avaient été déjà faits dans les cinq départements les plus touchés avant les intempéries. « Le gouvernement a le contrôle de la situation et l’aide est en train d’être acheminée vers les communes affectées », a rassuré le ministre de l’Intérieur.

Tout en appelant la population au calme, Max Rudolph Saint-Albin a dénoncé des intoxications d’informations sur les réseaux sociaux concernant le passage de l’ouragan Irma sur le pays.

De son côté, le chef du gouvernement, Jack Guy Lafontant, a fait savoir qu’une commission « d’évaluation rapide » a été formée pour pouvoir recueillir des données fiables et définitives. Comme pour faire plaisir au chef de l’État, le Premier ministre, dans son intervention, a laissé de côté le sujet du jour qui est l’ouragan Irma pour parler des programmes de Jovenel Moïse. « Grâce à la Caravane du changement, le gouvernement est en train de curer les rivières et les canaux. Plus de 2 000 kilomètres de route seront asphaltées à travers le pays, il y aura de l’électricité 24 sur 24, de l’eau… », a-t-il énuméré.

Timidement, les activités ont repris vendredi à Port-au-Prince et dans les autres zones du pays qui n’ont pratiquement pas été affectés par l’ouragan. Si Haïti a été épargnée par Irma, l'ouragan Jose de catégorie 3 se rapproche des Caraïbes, dans le sillage de sa grande soeur Irma…

Reference: http://lenouvelliste.com/article/176185/irma-epargne-haiti-zero-mort-des-inondations-10-000-personnes-dans-des-abris-provisoires


Haïti - IRMA : Rapport de situation #4

12/09/2017 09:20:01

Haïti - IRMA : Rapport de situation #4

Suite au passage de l'ouragan IRMA de Catégorie 5 au Nord des côtes d’Haïti, le Centre d’Opérations d'Urgence National (COUN) dans son bulletin #4 nous informe :

Survol de la situation:
Levée de l’alerte rouge après le passage de l’ouragan Irma sur la côte Nord. Un survol héliporté conduit par le Système National de Gestion des Risque (SNGRD) incluant des partenaires humanitaires internationaux a été réalisé pour une évaluation préliminaire des zones affectées. Les structures départementales, communales et locales du Système national de gestion des risques et des désastres conduisent les évaluations rapides sur les dégâts humains et matériels au niveau du Grand Nord, de l’Ouest et du Centre.

Sur l’île de la Tortue, dans le département du Nord-Ouest, deux bateaux ferroviaires n’ont pas été retrouvés ; 15 bateaux voiliers de cabotage et un bateau à moteur ont été fortement endommagés ; trois écoles sont endommagées et un dispensaire détruit. Une église reportée détruite dans la commune de Bassin-Bleu.

75 abris étaient ouverts dans l’ensemble des départements du pays à l’exception de l’Ouest et du Sud-Est, 21 restent encore activés dans le Nord-Est et le Nord-Ouest, hébergeant 6,494 personnes. Au plus fort de l’évacuation, la Protection civile et ses partenaires ont accueilli plus de 12,400 personnes ;

L’Institut du bien-être social et de la recherche et ses partenaires ont pris en charge 1,661 enfants d’orphelinats du Grand Nord et de l’Ouest, parmi lesquels 1,226 ont été déplacés vers d’autres maisons d’accueil non inondables ;

Dans le département du Sud, environ 300 personnes, soit la population totale du quartier de Dumont, ont été déplacées vers un abri provisoire à Port-Salut. Elles sont retournées chez elles depuis la levée de l’alerte ;

Le département du Nord-Est a fourni un total de 18,000 plats chauds à raison de 6,000 par jour aux personnes sinistrées dans les abris provisoires et dans les communautés. Le COUN a acheminé de la nourriture, 750 kits de nettoyage, incluant brouettes, pelles, pioches et autres, vers les zones affectées, notamment le Nord-Est ;

Des stocks de nourriture pour un total de 80,000 personnes respectivement dans le Nord et l’Artibonite sont entreposés au niveau des dépôts périphériques du Programme Alimentaire Mondial (PAM) pour répondre aux besoins des populations ;

17 personnes ont été légèrement blessées durant le passage d’IRMA. Par ailleurs, le corps d’une des deux personnes, portées disparues dans le Centre après être emportées par les eaux des rivières Locianne et Latombe, a été retrouvé sans vie, ce samedi matin. Il s’agit d’un homme âgé, qui tentait de traverser la rivière Latombe à Mirebalais, en compagnie de quatre autres personnes qui, elles, ont survécu. Le jeune homme, la trentaine, porté disparu à Cerca Cavajal, n’a toujours pas été retrouvé.

Situation des rivières et des inondations :
Plusieurs rivières sont encore en crue ou ont amorcé leur décrue :

- Nord-Est : Marion [Fort-Liberté], Matri [Ferrier] et Massacre [Ouanaminthe] ;
- Ouest : Bréthel et Torcelle [Cabaret], rivière Blanche [Ganthier], Courjolle [Arcahaie] et rivière Grise [Tabarre] ;
- Centre : Boucan Carré, Cerca-Cavajal, Cerca-La-Source et Hinche ;

Le nombre de communautés inondées partiellement par les eaux de ruissellement et les crues des principales rivières, a encore augmenté dans la journée du vendredi 8 septembre. 22 communes des départements de l’Artibonite, du Centre, du Nord, Nord-Est, du Nord-Ouest et de l’Ouest sont concernées.

Artibonite : Lachapelle, Grande Saline, Dessalines, Saint-Marc ;
Centre : Hinche et Cerca Cavajal ;
Nord : Limonade, Grande Rivière du Nord, Pilate ;
Nord-Est : Ouanaminthe (inondations sévères par endroits), Fort-Liberté, Caracol, Ferrier, Terrier-Rouge et Trou-du-Nord (le niveau des eaux a baissé) ;
Nord-Ouest : Anse-à-Foleur et Port-de-Paix ;
Ouest : Arcahaie, Cabaret, Ganthier, Tabarre et Thomazeau.

D’autres inondations concernent surtout les espaces agricoles, seront prises en compte dans les rapports sectoriels. Certaines communes ont connu des débuts d’inondation sans que les maisons aient été atteintes (par exemple à Mirebalais et Thomassique).

Bilan des dégâts et dommages en chiffres :
Morts : 1
Disparus : 1
Blessés légers : 17 (8 dans l'Ouest, 7 dans le Nord et 2 dans le Nord-Ouest)
Personnes évacuées en abris (72h max) : 12,539
Abris d'évacuation ouverts : 81
Maisons inondées sur l’ensemble du territoire : 4,903
Maisons fortement endommagées : 2,646
Maisons détruites sur l’ensemble du territoire : 466
Familles sinistrées (avec habitat fortement endommagé / détruit) : 8,015 (principalement dans le grand Nord et l'Ouest )

Infrastructures :
Centre : la circulation est rétablie sur la route nationale numéro 3 reliant Cap-Haïtien et Port-au- Prince, via Hinche, à hauteur de la Ravine La Couime.
Nord : l’axe routier Barrière Battant et Grande Rivière du Nord est coupé, l’accès est difficile au niveau de Duffailly. Une étude est en cours pour des travaux de réfection. Le tronçon Pignon / Saint-Raphaël est coupé et bloqué à la circulation.
Nord-Est : érosion d’une partie de la chaussée (120 m de long et 2m50 de large) à Mombin Crochu, Bois de Laurence. Les interventions sont programmées à partir du lundi 11 septembre.
Nord-Ouest : le tronçon Port-de-Paix et Jean Rabel est impraticable au niveau de Baie des Moustiques.
Sud : des travaux de curage sont en cours au niveau de plusieurs zones à risque.

Agriculture et Environnement :
Centre : 10 à 15hectares de terre en maïs, petit mil et des bananeraies sont dévastés à Saut d’Eau.
Les crues de la rivière La Selle à Mirebalais ont également dévasté 20 hectares de terre en culture au niveau du Bas Plateau.
À Thomonde et dans la section Lahoye, le fleuve de l’Artibonite a augmenté de débit, écrasant plusieurs hectares de plantation et emportant pas mal de têtes de bétail
Nord-Ouest : Sur l’Ile de la Tortue, dans la zone de Tandron, la production végétale est détruite a 80% ; 50% de pertes de production végétale. Deux pertes de cabri sont enregistrées. Sur la grande terre, 10% des caprins, porcins ont été emportés par eaux ;
La pêche est affectée à 10% avec 30 voiliers endommagés. 10 kilomètres de routes agricoles sont endommagés du côté de Jean Rabel. A date, aucune donnée disponible sur les marais salants.
Des inondations côtières sont signalées au niveau de l’Anse-à-Foleur, Port-de-Paix et Mole Saint-Nicolas.
Nord-Est : Inondations de 450 hectares des périmètres agricoles de Jassa par la rivière portant le même nom. Des pertes considérables enregistrées dans les plantations de riz, de gombo, patates douces, bananes, piment, pois souche.

Reference: http://www.haitilibre.com/article-22089-haiti-irma-rapport-de-situation-4.html

Email
Address Port-au-Prince, Haiti
Phone ,,
Fax